J’utilise du verre pour mes créations.

Ce verre a un coefficient de dilatation (COE) de 90.

Ce coefficient est une unité de mesure qui permet de comparer les propriétés physiques de différents verres.

Des verres ayant des COE différents ne sont pas compatibles. Si on les fusionne, des tensions vont se créer en se refroidissant et la pièce va se casser.

Les plaques de verre ont une dimension d’environ 50x90cm. Ces verres sont roulés à la main, ce qui explique qu'ils ne soient pas tout à fait plan et aient des bords irréguliers.

Les baguettes peuvent se fabriquer en chauffant du verre dans la flamme et le tirant.

Les frittes sont des morceaux de verre de différentes grandeurs obtenues en jetant le verre chauffé à 800 °C dans de l'eau froide.

 

LES OUTILS           

La découpe se fait au moyen d'un couteau à verre. Sa pointe est en tungstène et son réservoir est rempli d’une huile siccative qui permet une cassure nette. Un verre de 3 mm d’épaisseur se casse aisément avec les mains.




La découpe est précisée avec une ponceuse à verre. La pièce de verre est appuyée contre un tube diamanté tournant. Selon la granulométrie du disque, l’attaque est plus ou moins forte. Cette opération se fait sous un courant d’eau qui refroidit le verre et le disque diamanté. Sans refroidissement la partie diamantée du disque surchaufferait et s’userait très rapidement.


   


La scie est un disque diamanté qui tourne dans de l’eau. Cette technique est utilisée pour découper des pièces épaisses.
Après le découpage et la préparation, les différentes pièces de verre sont fusionnées sur une plaque de cordérite. Il s'agit d'un matériau poreux supportant des changements rapides de température.

Pour empêcher le verre de coller sur la surface de la plaque de cordérite, on applique plusieurs couches de séparateur. Après chaque cuisson, il est remplacé et chauffé à 400°C avant de pouvoir être utilisé pour une fusion de verre.


LE FOUR

Un bon four pour le verre doit permettre de chauffer ou refroidir le plus rapidement possible. Il doit aussi être précis. Certains effets s’obtiennent en variant la température de quelques degrés.

LA FUSION

Lors de la fusion, le verre s'équilibre à la hauteur de 6mm. S'il est moins épais, il va se recroqueviller pour atteindre 6mm. S'il est plus épais, il va s'étendre.

Chaque qualité de verre a une température spécifique de relaxation qui lui permet de retrouver sa structure en éliminant les tensions formées durant la fusion. En complément de la température de relaxation, le temps de relaxation est dépendant de la grandeur et de l'épaisseur de la pièce de verre.

En variant la température de fusion et le temps de fusion, on peut obtenir des reliefs. Créer des reliefs sur une pièce, induit de plus grandes tensions dans le verre. Il est alors nécessaire d'allonger le temps durant lequel le verre se relaxe.


LE FORMAGE

Pour donner la forme à une pièce, le verre est chauffé vers 700°C, il se ramollit et épouse la forme du moule en céramique.


LE SABLAGE

Pour le sablage, du corindon (oxyde d’aluminium) est projeté sous pression sur le verre. La granulométrie (de 50 microns à 1mm) et la force de la pression (2-6 atmosphères) permettent d’attaquer la surface du verre. Plus le corindon est de grande taille et plus la pression est forte, plus la surface de l’objet en verre sera attaquée. Une surface sablée est poreuse, les marques de doigts dès lors sont difficilement nettoyable. Pour éviter cet inconvénient, les pièces de verre sont recuites à 600°C pour boucher les pores.